événement,  presse - muuuz

L’été au Havre 2018 se poursuit jusqu’au 23 septembre !

Après une première édition réussie en 2017, le Havre (76) offre une seconde saison à son événement estival : Un été au Havre. Une odyssée artistique imaginée par le touche-à-tout Jean Blaise, à qui l’on doit notamment les festivals urbains de la Nuit blanche à Paris (75) et du Voyage à Nantes (44). Un parcours plein de surprises à découvrir jusqu’au 23 septembre dans toute la cité normande.

En 2017, à l’occasion du 500e anniversaire de sa fondation, le cœur était à la fête au Havre, avec le lancement du festival d’art célébrant la ville : Un été au Havre. Le revoilà en 2018, le temps d’un été, avec une programmation inédite accompagnée de certaines œuvres présentées l’an passé.

Face à la mer, la statue facettée en résine de Fabien Mérelle regarde l’horizon se dessiner sur la plage du Bout du Monde à Sainte-Adresse, une enclave entre la Manche et le Havre. Haute de 6,24 mètres – en référence à la trame choisie par l’architecte Auguste Perret pour la reconstruction du Havre –, elle présente un père portant sa fille sur ses épaules regardant vers le lointain. 

« Il m’est paru évident d’apporter un peu de chaleur, d’humanité. Je voulais un homme, un père de famille préservant ce qu’il a de plus cher, à savoir son enfant, dans ce chaos environnant. Je voulais un totem, un point d’exclamation disant la chaleur de nos sentiments », Fabien Mérelle.

Changement de décor. Nous voici désormais aux Jardins Suspendus, 17 hectares surplombant la baie de Seine, où une unité d’habitation ovniesque s’est nichée sur le belvédère du jardin botanique ! La maison Futuro, habitat préfabriqué de 50 mètres carrés en panneaux en plastique et fibre de verre conçu par le Finlandais Matti Suuronen à la fin des années 1960, dans laquelle le visiteur peut voyager dans le temps à travers une boucle musicale signée Vincent Epplay.

Si cette deuxième édition d’Un Été au Havre se compose d’œuvres nouvelles, elle est aussi l’occasion d’en redécouvrir certaines, devenues pérennes suite à l’engouement de la population havraise en 2017. C’est le cas par exemple avec la Catène de Containers de Vincent Ganivet, composée de deux arches monumentales faites de containers multicolores – clin d’œil aux activités portuaires de la cité –, réalisées grâce à la technique constructive de l’arc caténaire, notamment appréciée de Gaudí. Un pied de nez coloré à la réputation de ville grise et froide qui colle à la peau du Havre depuis la destructrice Seconde Guerre mondiale.

Avec ses évènements, ses quinze œuvres à découvrir et ses expositions dans les rues, institutions et musées havrais, l’Été au Havre 2018 est bien plus qu’une manifestation culturelle, c’est surtout le début d’une identité nouvelle !

Un Été au Havre, jusqu’au 23 septembre 2018 au Havre (76)

Pour en savoir plus, visitez le site d’Un été au Havre

Photographies :
01) Jusqu’au Bout du Monde, Fabien Mérelle, © Laurent Lachèvre
02) Futuro House, Craig Barnes, © Laurent Lachèvre
03) À l’origine, Fabien Mérelle © Courtesy Edouard Malingue
04-05) Futuro House, Craig Barnes, © Laurent Lachèvre
06) Futuro House, Craig Barnes, © Morley Von Sternberg
07) Catène de Containers, Vincent Ganivet, © Philippe Bréard
08) Couleurs sur la plage, Karel Martens © Philippe Bréard
09) Etant donné un mur © Juliette Banville
10) Bassin du Roy – Baptiste Debombourg © Arnaud Guérin
11) Gouzou – Jace © philippe Bréard
12) Le Temps suspendu © Philippe Bréard
13) UP3 – Lang-Baumann © Arnaud Guérin
14) Parabole – Alexandre Moronoz © Laurent Bréard
18) Impact – Stéphane Thidet © Philippe Bréard

Article original

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *